Le logement étudiant attire de plus en plus les promoteurs

Longtemps marginalisé, le segment du logement étudiant se professionnalise de plus en plus. Les promoteurs s’engouffrent dans la brèche, y voyant une belle possibilité de diversifier leur portefeuille et de profiter des marges plus élevées que dans le résidentiel classique. L’investissement n’est toutefois pas dénué de risques.

Ils sont de plus en plus nombreux à investir le marché. L’occasion de diversifier un portefeuille, de s’aventurer sur un segment relativement stable ou encore de réhabiliter par la même occasion d’anciens immeubles de bureau. Bref, les perspectives sont nombreuses et intéressantes à plus d’un titre. Les promoteurs de tous bords ne s’y sont pas trompés. Qu’ils s’appellent BPI, Willemen, Immobel, Home Invest Belgium ou encore Bluestone Invest. De grands acteurs qui se sont lancés il y a peu sur le segment du logement étudiant. Ils lorgnent le terrain de jeu d’acteurs traditionnels tels qu’Eckelmans ou Upgrade Estate. Et bousculent donc quelque peu les codes en vigueur, pouvant même mener à une certaine dérégulation du marché vu l’offre de plus en plus importante et quelque peu désordonnée en matière de gestion locative. ” Ces arrivées nous poussent en tout cas à être plus prudents, reconnaît Thibault Van Dieren, directeur général d’Eckelmans, le principal groupe immobilier spécialisé en logement étudiant à Bruxelles et en Wallonie avec plus de 5.000 lits. Il faut avant tout rester attentif à la valeur d’un investissement dans la durée. “

Après avoir connu une sous-offre ces dernières années, le marché tend désormais à l’équilibre à Louvain-la-Neuve, Louvain et Bruxelles, les trois principaux marchés estudiantins du pays. A Louvain, la volonté politique locale de diminuer le prix des loyers a même entraîné une certaine suroffre.

Cette situation générale à l’équilibre n’occasionne toutefois pas de statu quo en matière de développements immobiliers. Au contraire même. La profonde mutation du parc de logements actuellement en cours multiplie d’ailleurs les projets. ” Les promoteurs privés reprennent quelque peu la main par rapport aux logements proposés par les universités ou mis à disposition par des particuliers dans des maisons qui ne sont pas toujours les plus adaptées, estime Béranger Dumont, développeur immobilier chez BPI. Il y avait également un désordre au niveau urbanistique. Nous voyons donc apparaître sur le marché de plus en plus de résidences pour étudiants, de manière à compenser les manquements. C’est aussi lié à une demande de plus en plus importante et à une nouvelle façon de vivre, qui privilégie la vie en communauté et surtout davantage de confort. Il s’agit en tout cas d’un signal intéressant. “

Et Sophie Lambrighs, CEO d’Home Invest Belgium, une SIR présente sur ce segment depuis de nombreuses années, d’embrayer : ” La professionnalisation du secteur a augmenté l’attrait des promoteurs traditionnels. Il s’agit d’un marché moins risqué qu’auparavant. Les produits développés sont aujourd’hui bien loin des petits kots aménagés dans des maisons inadaptées et dont le confort était sommaire. Ce qui fait que l’offre en matière de nouvelles résidences est en constante hausse. ” Une évolution qui est, à la base, liée à une inadéquation entre la demande et l’offre pour les étudiants étrangers. Habitués à loger toute l’année dans des habitations confortables et parfois dotées d’une multitude de services, ils ont poussé le marché à s’adapter à de nouvelles exigences. Un élément déclencheur qui a provoqué un effet boule de neige pour les étudiants belges, entraînant de nouveaux développements de qualité. Bruxelles s’est donc en fait adaptée aux standards internationaux en la matière. ” Et puis il ne faut pas oublier que le nombre d’étudiants est en constante hausse ces dernières années. Et cette tendance va se poursuivre à l’avenir, ajoute Béranger Dumont. Un élément bien évidemment important pour les promoteurs, qui ne font que suivre cette nouvelle demande. “

Un prix de sortie très élevé
S’aventurer sur le segment du logement étudiant permet également de diversifier un portefeuille qui nécessite des évolutions constantes. Le bureau tire la langue. Le résidentiel classique arrive doucement à saturation à Bruxelles. Les promoteurs doivent donc se réinventer de nouvelles sources de revenus. ” A cet égard, le logement étudiant peut être très intéressant pour les promoteurs, fait remarquer Gaétan Clermont, CEO d’Eaglestone Equity Partners. Le prix au mètre carré est à la fois très attractif et très élevé à la sortie puisqu’il atteint de 4.000 à 6.000 euros/m2. Ce qui est relativement important par rapport à des appartements traditionnels. Sauf que, au mètre carré, le niveau des loyers et les prix d’achat sont supérieurs au segment résidentiel. En termes de rentabilité, cela laisse donc bien davantage de marge aux promoteurs. D’où leur attrait pour ce marché. ” Un constat quelque peu tempéré chez BPI et Home Invest Belgium, qui estiment que la rentabilité n’est pas plus intéressante sur ce segment que sur le segment résidentiel. ” Pour le promoteur, les rendements sont équivalents, précise Sophie Lambrighs, dont le projet haut de gamme The Link à Auderghem (123 logements) affiche complet depuis deux ans. Par contre, l’obsolescence d’un logement étudiant est plus rapide qu’un appartement vu son utilisation plus intensive. Il faut en tenir compte, tant pour le promoteur que pour l’investisseur. Pour le reste, je ne pense pas que le marché soit en sous-offre de logements de qualité. C’est sur ce segment-là que les développements sont les plus nombreux d’ailleurs. ” On pense par exemple au projet Woodskot à Bruxelles-Ville (BPI), Erasmus Garden à Anderlecht (Eckelmans), DeltaView à Auderghem (Immobel) ou encore aux projets d’Upgrade Estate à Mons (ancienne gendarmerie), Anderlecht (Akoté), Gand (Ganda Upkot) et Jette (JetUpkot).

Les affres de la gestion locative
Un bémol néanmoins à l’arrivée de nouveaux promoteurs sur un marché historiquement occupé par des acteurs tel qu’Eckelmans. L’approche est clairement différente entre les deux : les premiers couplent le plus souvent la vente d’appartements à une gestion locative intégrée (dont le coût revient en moyenne à 12 % du loyer), les autres vendent le plus souvent les appartements à la pièce. Sans accompagner cette transaction d’une gestion locative. Une situation qui peut mener à des situations chaotiques, notamment quand une flopée de propriétaires doivent s’entendre sur la manière de gérer les espaces communs. ” Il s’agit clairement d’une tendance qui m’inquiète car elle peut être néfaste pour les propriétaires, précise Thibault Van Dieren. Je pense sincèrement qu’il faudra légiférer en la matière et obliger les promoteurs à proposer à chaque fois un modèle intégré de gestion locative. Sans cela, cela peut vraiment mettre à mal le secteur et sa réputation. ” Un avis partagé par Philippe Janssens, du bureau Stadim, qui est très prudent en matière d’investissement sur le segment du logement étudiant. Il le déconseille même. ” Je ne suis pas convaincu qu’il s’agisse nécessairement d’une bonne affaire pour les promoteurs, explique-t-il. Les risques sont nombreux. Quant aux investisseurs, mes appréhensions sont encore plus grandes. Mieux vaut investir dans des SIR comme Xior Student Housing. Cela leur épargne tous les tracas liés à la gestion locative, qui peut vite devenir ingérable.

Par Xavier Attout.

Source: Trends Le Vif

About

scooop.be is a real estate community with news for real estate developers, brokers, agents, and everyone with an interest in real estate.

We want to offer a quick access to all relevant news related to the real estate industry.

Our newsletter offers an overview of the most important news topics. We cover the worldwide market, however we focus more on the Benelux market.

Do not hesitate to send us your press releases, our editors will then decide if they contain enough news value and if so will publish them.

read more

Scooop © 2017 All Rights Reserved

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress